Hebdo 25 Haut-Doubs


Alain Michel, président d'Artisans de Paix.

  • Alain Michel.
  • Alain Michel.
Alain Michel, président de l'association qui anime et entretient le Val de Consolation nous livre son point de vue quant à l'actualité qui secoue le Val.

Dans trois mois Artisans De Paix ne gérera plus le Val de Consolation. Pour quelle raison avez-vous demandé la liquidation de votre association ?

En raison principalement d’un loyer beaucoup trop élevé qui nous a littéralement plombé dès la première année. Ce loyer annuel s’élevait à 100 000€.

 

Pourquoi avoir accepté de régler un loyer d’un tel montant ?

 

Il m’avait été indiqué avant la signature du bail,que Consolation recevait chaque année plus de 75.000 visiteurs et 15.000 pensionnaires au Monastère. Cette fréquentation aurait été largement suffisante pour assumer le loyer, l’animation, les charges de fonctionnement et d’entretien. C’est pourquoi j’ai accepté cette charge sans réserve.Et pourtant elle s’est avérée tout autre puisque annuellement avant notre arrivée, le Val de Consolation n’avait jamais accueilli plus de 10 à 12.000 visiteurs et seulement quelques centaines d’hébergements au monastère.

 

Comment se fait-il que vous n’ayez pas rapidement réagi et remis le bail en question ?

Les trois premières années, j’ai pensé que nous étions les responsables de cette baisse de fréquentation. Alors nous avons tout fait pour assumer nos engagements. Nous sommes plusieurs à avoir investi tous les moyens personnels dont nous disposions. Aujourd’hui, avec la liquidation nous avons tout perdu, les prêts privés ne seront jamais remboursés, et nous devrons tous assumer personnellement les cautions bancaires.

 

Y a t’il d’autres raisons qui ont participé à cette situation ?

Oui, la fin des contrats aidés. Ces contrats subventionnés nous permettaient d’embaucher des salariés qui venaient en appui des équipes de bénévoles. Nous avons eu jusqu’à 24 contrats aidés. Tous ont été supprimés par l’État en très peu de temps.

 

Vous devrez quitter les lieux le 15 août, que ressentez vous ?

 

Tout d’abord beaucoup de gratitude pour tout ce que nous ont donné et permis de vivre durant toutes ces années le Val et la Vierge de Consolation. Un livre entier ne suffirait pas à en faire l’inventaire. Mais aussi, car c’est humain, beaucoup d’amertume, de regrets et bien sûr de frustrations. Car au cours de ces huit années nous avons du nous battre sans relâche afin de maintenir ouverts tous les jours de l’année le Val et ses installations.

 

Vous aviez gardé l’espoir de vous en sortir ?

 

Oui, bien sûr, nous étions convaincus que le la fréquentation du Val allait augmenter, nous sommes d’ailleurs passés de 10.000 à 15 000 visiteurs. Nous étions persuadés que les travaux de mise aux normes exigés par la commission de sécurité seraient enfin programmés ce qui nous aurait permis d’accueillir à nouveau de nombreux stages.

 

Quel est votre principal regret ?

 

Que la vérité n’ait pas été mise sur la table dès le premier jour en 2010, nous aurions alors trouvé des solutions avec la Fondation autres qu’un loyer trop élevé qu’il nous à fallu assumer au détriment de nos objectifs et du Val. 


Le bilan ?

 

C’est d’avoir fait de notre mieux et le maximum pour Consolation. Le sentiment d’un devoir accompli, d’avoir réussi cette mission de maintien d’activité et d’entretien du patrimoine et du Val dans de si difficiles conditions. Plus de deux mille témoignages écrits nous ont été transmis, tous remplis de gratitude, de remerciements pour ce que le Val et notre accueil leur ont apporté.

 

Pour vos successeurs ?

 

Que l’engagement nécessaire et les tâches à réaliser imposent l’octroi de subventions. Qu’ils sachent aussi que faire vivre le Val de Consolation nécessite une équipe soudée et fraternelle réunie par un but commun. Et qu’ils aient conscience que l’avenir du Val selon sa spiritualité, ne pourra reposer que sur la transparence, le service et la joie.

 

Un dernier mot ?

 

Oui, bien sûr, je veux remercier avec émotion, et au plus profond de moi, toute l’équipe des Artisans de Paix, tous les bénévoles qui m’ont fait confiance, tous ceux qui ont participé et participent encore à cette grande aventure. Je veux leur dire ma reconnaissance et mon immense gratitude.

 

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les journaux partenaires

© -2018 Hebdo 25 Haut-Doubs • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales