Hebdo 25 Haut-Doubs


Il est encore temps !

  • Trouvé !
  • Trouvé !
La saison des morilles a déjà bien commencé mais elle n'est pas terminée. Elle peut durer jusqu'en juin.

La morille est l'un des champignons préférés des amateurs, du fait de la saveur si particulière et parfumée de sa chair. Ce trésor mycologique est tellement précieux que les "coins à morilles " sont bien souvent tenus secrets par quiconque aurait la chance d'en connaître.

Trouver des morilles peut s'avérer difficile car la petite maligne se camoufle habilement dans la nature grâce à la couleur et la forme de son chapeau, ressemblant à s'y méprendre à des morceaux de bois ou des feuilles mortes.

Cependant, quelques indics traînent dans la forêt et leur présence indique clairement que des morilles se trouvent à proximité. Dans un premier temps, il faut savoir que la morille aime particulièrement les lieux humides et ensoleillés. Une lisière de forêt est l'endroit idéal à son épanouissement, ainsi que les bords d'étangs ou de rivière. Partez à la recherche de sols calcaires ou argilo-calcaires et détectez de la terre grasse, souvent remuée par les petits animaux qui s'y cachent (mulots, taupes, ...). Autre lieu, plutôt insolite, dans lequel la morille se plaît tout particulièrement : les ruines de maison. Probablement en raison de la chaux utilisée dans les mortiers. Les sols remués ou les coulées de gibier sont là encore des lieux à prospecter. Et la morille étant friande de sols rendus basiques par la cendre, rendez vous sur les emplacements d'anciens feux. Vous pourriez dénicher quelques beaux spécimens.

Les plus calés en herboristerie se fieront aux essences végétales qui s'associent volontiers à la morille. Il suffit de repérer un épicéa, un saule blanc, un sapin, un orme champêtre, un merisier, un noisetier, un troène commun, un bouleau ou un pommier. Outre les arbres, les plantes peuvent également dénoncer la présence du précieux champignon : l'anémone des bois, l'orchis, les ficaires, les jacinthes, les primevères, les orties, l'ail des ours, le lierre terrestre, la dryade à huit pétales et l’épervière des murs. Autre détail évocateur : le paroxysme de la poussée des morilles correspondrait à la floraison de la jacinthe des bois.

Lorsque, grâce à tous ces indices donnés, vous tomberez sur une place jonchée de morilles, prenez bien garde de pérenniser ce spot en laissant sur place les sujets les plus vieux et en prenant garde de ne pas piétiner les spécimens.

Un dernier rappel : la morille contient des substances toxiques qui disparaissent à la cuisson. Il est donc primordial de les faire cuire minimum quinze minutes avant de les consommer.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Les trails ont le vent en poupe

Ils s'en court de plus en plus, par de plus en plus de sportifs, confirmés ou non. Les trails connaissent un engouement qui se confirme de saison en saison.
Publié le 21/05/2018

Demain tous taxis ?

Publié le 21/05/2018


Bloc-notes

Acdtr Vtt dimanche 27 mai

Publié le 09/05/2018

Acdtr Vtt dimanche 27 mai

Publié le 26/04/2018

Concert de Printemps

Publié le 26/04/2018


Les journaux partenaires

© -2018 Hebdo 25 Haut-Doubs • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales