Hebdo 25 Haut-Doubs


LEGENDE: La cloche du Prieuré de Mouthe

  • Lors de l'invasion des suédois, le prieuré va être vandalisé, mais à Mouthe, on ne se laisse pas faire si facilement...
  • Lors de l'invasion des suédois, le prieuré va être vandalisé, mais à Mouthe, on ne se laisse pas faire si facilement...
A la prochaine nuit de la Toussaint, les habitants du village vont sans doute bien tendre l'oreille pour savoir si cette légende dit vrai...

Il y a bien longtemps, Mouthe était un village déjà connu pour être celui où le Doubs prend sa source. Une rivière venue des entrailles de la terre et qui a donné son nom au département.

 

Le village était aussi réputé depuis une époque lointaine pour ses forêts noires de sapins mais aussi pour son prieuré. Un lieu comme son nom l’indique voué à la prière et au recueillement. Mais un prieuré que les suédois réputés pour leur sauvagerie vont vouloir piller lors de l’invasion de la région.

 

Mais les habitants du petit village montagnard avaient pris les devants pour ne pas laisser ce lieu sacré profané par ces barbares. Ils avaient notamment décidé de cacher la cloche d’argent du prieuré. Ils vont décider de l’enfouir dans la serve, une sorte de marais bien connu de la population locale, là où pas un étranger ne songerait à la chercher.

 

Alors, quand l’ennemi arriva à Mouthe, la horde de suédois va tout saccager, tout brûler, y compris le prieuré. Le prieur en personne et deux moines vont même perdre de la vie dans ces affrontements. Mais à Mouthe vivait aussi un vrai personnage, un homme résistant à toutes les invasions, une véritable force de la nature, toujours prêt à se battre et à défendre sa vie comme son territoire : son nom Cart-Broumet.

 Malheureusement, comme les autres, il ne va pas échapper à la capture et va se retrouver enfermé dans la tour de l’église. Il essaiera bien de s’évader mais en vain. Entre temps, le chef des envahisseurs avait appris l’existence de la cloche d’argent. Il voulut donc la trouver coûte que coûte.

 

Et pour cela, il va proposer à Cart-Broumet un marché : la cachette contre la liberté ! Bref, le marché est simple : trahir tout son village dans son seul et unique intérêt. Un vrai casse-tête !

 

Le rebelle va finalement amener ses ravisseurs sur le lieu supposé de la cachette du précieux objet tant convoité. Là, il va se mettre à creuser avec fougue, tellement profond que bientôt il fut entièrement dans la fosse.

Apparemment fatigué, l’homme ralentit le rythme. Alors le suédois va le remplacer, ne comprenant pas la ruse du prisonnier… A peine le geôlier dans le trou pour poursuivre la recherche le menant au trésor, Cart-Broumet va dans un excès de rage lui fendre le crâne d’un coup de pioche terrible et prendre la fuite. Jamais les envahisseurs suédois ne vont remettre la main sur le fuyard qui aura résisté à la trahison des siens face à cette menace, préférant berner les reponsables de la mise à sac de son village.

 

Quand à la cloche d’argent, personne ne va finalement la déterrer. Ni les barbares ni même les habitants. « Ce que le marais tient, il le garde », dit-on du côté de Mouthe. Il parait même que, tous les ans, la nuit de la Toussaint, on entendrait cette cloche à l’histoire incroyable sonner depuis les entrailles de la terre, comme pour rendre hommage aux moines et à leur prieur, tous sauvagement assassinés lors des invasions.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les journaux partenaires

© -2018 Hebdo 25 Haut-Doubs • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales