Hebdo 25 Haut-Doubs

Portrait d’un sportif du dimanche

  • En 8 années de pratique, Thierry Barret n'a cessé de repousser les limites...
  • En 8 années de pratique, Thierry Barret n'a cessé de repousser les limites...
C’est ainsi que ce quarantenaire, papa de trois enfants et pâtissier de profession se définit. Son sport, l’ultra-trail où il va jusqu’à parcourir en courant 340 kms en 129 heures…Sportif en effet…

Pour cet habitant de Mancenans-Lizerne sur le plateau de Maiche, le sport en général lui était totalement étranger avant 2010. Puis, l’envie de bouger, de perdre du poids et de se vider la tête l’amène comme beaucoup à aller courir un peu le dimanche. D’où sa façon de se définir en « sportif du dimanche ». Très vite toutefois il enchaine les kilomètres et se prend au jeu en participant par exemple au Trail des échelles de la mort. 23 kms, une broutille…le débutant mettra quand même une semaine à s’en remettre, ce qui pourrait presque faire rire ceux qui le connaissent aujourd’hui et suivent ses performances huit ans après. Car au fil du temps, Thierry est de plus en plus affûté, de plus en plus motivé et repousse les limites, ses limites. « J’ai par exemple participé à la Transjutrail sur 70 kms puis je suis peu à peu arrivé à des sorties de 100 kms » confie-t-il tout naturellement. Rappelons que l’on parle bien non pas de parcours en voiture ou à vélo mais bien en course à pied et d’une seule traite bien entendu…

Cette barre franchie, c’est donc vers l’ultra-trail qu’il s’oriente avec le petit tour du Mont Blanc puis le Trail des ducs de Savoie, juste 119 km et 7000 m de dénivelé positif. Et ça passe. Jamais il n’abandonne. « C’est juste mettre un pied devant l’autre, un peu plus à chaque fois… » dit-il en souriant ajoutant même « Et si je peux le faire c’est à la portée de tout le monde ». Enervant non ? Et ce n’est pas fini. Le sympathique pâtissier qui concède ne pas se préparer et pratiquer juste pour le plaisir enchaîne en 2016 avec l’Ultra-Trail du Mont Blanc. 170 km et 10000 m dénivelé positif. « Mon corps s’est habitué à l’effort et j’y vais sans stress ». Il termine en 37 heures, sans arrêt évidemment, 346ème à l’arrivée sur 2500 concurrents. Après l’ultra trail des 4 monts à Grenoble l’année suivante, il se trouve un autre défi : le Tor des Géants. 340 kms et pas moins de 30900 m de dénivelé positif dans la vallée d’Aoste en Italie avec la bagatelle de 26 cols à parcourir dont le plus haut à 3300 mètres. Fatigant, même à lire, pour les sportifs du dimanche, les vrais. Thierry Barret termine en 129 heures. « La course a commencé le dimanche à midi et je suis arrivé le vendredi à 21 heures. J’ai dormi dans des refuges par terre ou sur des bancs. 5 mn le premier jour, 20 mn le deuxième puis ensuite quand le rythme a été le bon 25 mn toutes les 12 heures ». Touché par une déchirure musculaire dès le 210ème  km. Il va tout de même au bout. Comme toujours. Il suffisait de mettre un pied devant l’autre…

Et maintenant après être devenu un « Géant », un autre défi à l’horizon ? Peut-être un trail de 700 kms qu’il a en tête sans vouloir en dire plus pour l’instant. Même pas peur. « Tout est question de mental. Et en plus on profite de paysages magnifiques ».


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

De l'eau sous le Mont d'Or

La découverte ne date pas d'hier mais est aujourd'hui au coeur des préoccupations.
Publié le 19/11/2018



Bloc-notes

Acdtr Vtt dimanche 27 mai

Publié le 09/05/2018

Acdtr Vtt dimanche 27 mai

Publié le 26/04/2018

Concert de Printemps

Publié le 26/04/2018


Les journaux partenaires

© -2018 Hebdo 25 Haut-Doubs • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales