Hebdo 25 Haut-Doubs


Une seconde jeunesse pour la croix Beneyton

  • Les randonneurs bénévoles ont du porter leur croix jusqu'à son socle.
  • Les randonneurs bénévoles ont du porter leur croix jusqu'à son socle.
Désormais restaurée, elle domine à nouveau la petite cité de Saint-Hippolyte

Point de repère des randonneurs, la croix Beneyton, déjà remplacée en 1993 est de nouveau en mauvais état : le pied fabriqué précédemment par un ancien menuisier de Saint -Hippolyte a fini par pourrir.

Un groupe d’amis randonneurs a décidé de remettre la croix en état. Ils ont construit un socle de béton pouvant supporter une croix de 3, 20 mètres sur 2 mètres. Avec des plateaux de chêne fournis par la municipalité de Saint Hippolyte, l'un des bénévoles a pu refaire la croix sur sa machine à bois comme un professionnel. Un tracteur a ensuite transporté la pièce de bois le plus près possible du lieu de pose.

Charles Amédée Beneyton a vécu au dix-neuvième siècle. Sa charge était élevée : percepteur de de première classe de la ville de Besançon, inspecteur des finances, chevalier de l’ordre de Pie IX, de Charles VII d’Espagne, et de l’ordre du Saint Sépulcre de Jérusalem, membre correspondant des Académies impériales de Metz et conseiller municipal de Fleurey. En tant que camérier secret de cape et d’épée du pape Léon XIII, il reçut le titre héréditaire de comte. C’est lui aussi qui a fait dresser la première croix, près de sa maison de la Saussaye, implantée sur la falaise rocheuse dominant la ville de Saint Hippolyte.

L’Abbé Loye, contemporain du Comte de Beneyton, était curé d’une paroisse proche et écrivain. Dans son livre, il décrit les lieux avec poésie, faisant référence à la croix et aux chemins de randonnée empruntés par les restaurateurs du jour.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les journaux partenaires

© -2018 Hebdo 25 Haut-Doubs • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales